«

»

Nov 23

Tribune dans le Journal « Les Echos » intitulée « COP21 : On ne transige pas avec l’avenir de notre planète ! »

COP21 : les jeunes pousses du PS veulent que l’UE décroche un accord contraignant

BAPTISTE MÉNARD / SECRÉTAIRE DE LA SECTION PS DE TEMPLEUVE 

La réussite de la conférence sur le Climat passe par l’obtention d’un accord juridiquement contraignant, estime un collectif de jeunes membres du Parti socialiste. Et c’est à l’Europe de militer en ce sens.

L’avenir n’a jamais été autant incertain : crise économique, sociale, humanitaire, politique mais aussi environnementale. Force est de constater que ces dernières années, et encore plus ces derniers mois, la nature a souvent repris ses droits avec différentes catastrophes naturelles.

Ces événements ne sont que les prémices d’un changement climatique qui aura des effets bien plus important et bien plus grave tant d’un point de vue matériel que humain si nous ne prenons pas conscience de nos actes et ne changeons pas nos comportements qu’on soit en Europe, en Asie, en Amérique en Afrique ou ailleurs. Citoyens du monde, nous devons agir maintenant.

La loi de transition énergétique a montré la voie

Face à ces enjeux pendant longtemps, les politiques, les journalistes, mais surtout les citoyens, ont  fermé les yeux en pensant que ce n’était qu’une chimère. Ces dernières semaines la tendance semble s’inverser et nous nous en réjouissons. La France, pays hôte des négociations de la 21e conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) a montré l’exemple il y a peu avec l’adoption de la loi de « transition énergétique pour la croissance verte ».

Cette loi montre la voie à suivre pour les négociations de la COP21. En effet, loin des conflits partisans, la Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a réussi à appliquer le consensus en trouvant des solutions d’équilibre à chaque étape d’élaboration de cette loi d’avenir.

Les bonnes idées de tout bord allant dans le sens de cette réforme durable ont été respectées, à la fois technique et opérationnelle, et touchant l’ensemble de nos concitoyens sur la base de 5 piliers : rendre les bâtiments et les logements économes en énergie ; donner la priorité aux transports propres ; viser l’objectif « zéro gaspillage » ; faire monter en puissance les énergies renouvelables ; lutter contre la précarité énergétique.

L’UE doit parler d’une seule voix

L’accord de Paris doit envoyer un signal clair et fort aux citoyens du monde entier en étant ambitieux, mais également juridiquement contraignant. Il doit aussi s’appuyer et porter les initiatives innovantes des territoires et d’entreprises mobilisant les nombreux acteurs afin de créer un nouveau modèle énergétique et économique plus vertueux et circulaire.

Pour que cet accord puisse être une réussite, nous pensons que la France ne pourra pas imposer seule  des mesures contraignantes . L’Union Européenne (UE) doit parler d’une seule voix et redevenir un leader crédible et cohérent montrant l’exemple.

Pour cela, les partenaires européens doivent prendre franchement position et prendre des actes forts en termes de développement durable. On ne peut pas se contenter d’annoncer la création d’une Europe de l’Energie; elle doit s’organiser autour de mesures simples, concrètes et financées pouvant être mises rapidement en œuvre par le plus grand nombre d’européens.

En matière de transports, nous devons investir massivement dans le ferroviaire en particulier le ferroutage, afin de réduire le nombre de camions sur les grands axes européens. Le soutien aux transports en communs ne doit pas être oublié mais doit être réfléchi pour s’adapter aux territoires et aux populations.

En matière d’efficacité énergétique, nous souhaitons qu’un plan ambitieux européen d’isolation des logements soit mis en place pour mettre fin aux logements qui sont de véritables passoires thermiques.

L’Europe doit se mobiliser pour la mise en place d’une commission qui veillera à l’application des mesures prises lors de la COP21 et pourra évaluer leurs avancées. Cette évaluation permettra donc d’empêcher que les engagements pris ne soient que peu suivi d’effets et permettra une possible révision de ces derniers.

L’avenir de millions de citoyens suspendu à un accord

Nous, jeunes responsables socialistes, avons le devoir de nous faire les porte-paroles des citoyens, de ceux qui agissent tous les jours pour lutter contre le réchauffement climatique et se sentent souvent abandonnés par les gouvernants face aux multinationales pollueuses.

L’échec n’est pas une éventualité tant l’enjeu est important ! Les attentes et les espérances des citoyens du monde sont grandes et ne peuvent être déçues une nouvelle fois.

Les cartes sont entre les mains des responsables politiques, mais ils devront rendre des comptes aux citoyens sensibilisés qui se mobilisent de plus en plus. En effet, si rien n’est fait, ce sont des territoires entiers avec leurs richesses, leurs diversités, leurs paysages qui disparaîtront.

Ce seront des millions de personnes dont l’avenir sera menacé et qui deviendront à terme des réfugiés climatiques. Ayons le courage et l’audace, femmes et hommes du monde entier, de faire de la protection de notre planète une réalité !

Par  Baptiste Ménard,  Anthony Courtalhac,  Carla Bucero-Lanzi,  Mathieu Franco,  Tatiana Blanc,  Alexandre Demandrille,  Slimane Tirera,  Thomas Luquet,  Valentin Narbonnais et  Gauthier Perot, jeunes membres du Parti socialiste.  Robin Alves, responsable associatif en Gironde.


Lien vers l’article : http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-144432-un-collectif-de-jeunes-socialistes-veut-que-leurope-saffirme-a-cop21-1177752.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>